L'UNESCO appui la realisation d'un inventaire du patrimoine architectural présent sur le territoire national.

L'inventaire réalisé porte sur l’époque coloniale de la fin du 19ème siècle et de la première moitié du 20ème siècle

Le Ministère de la Communauté Est-Africaine, de la Jeunesse, des Sports et de la Culture, avec l’appui de l’UNESCO, vient de réaliser un inventaire du patrimoine architectural présent sur le territoire national. L’atelier de restitution de son contenu a été organisé le 21 décembre 2020 dans les enceintes de l’Hôtel Royal Palace.

L’inventaire réalisé au niveau national, du 10 au 18 août 2020, porte sur l’époque coloniale de la fin du 19ème siècle et de la première moitié du 20ème siècle. L’époque coloniale allemande et belge, qui aura duré respectivement à peu près 20 et 40 ans, a laissé des traces au niveau de l’architecture. En effet, chaque grande époque est souvent caractérisée par une architecture propre dont il importe de connaître les innovations et les caractéristiques.

Le patrimoine culturel est l’ensemble des biens, matériels ou immatériels, ayant une importance artistique et/ou historique qui appartiennent soit à une entité privée, soit à une entité publique. Il se présente sous forme matérielle ou immatérielle et, dans certains cas, les éléments du patrimoine culturel incarnent des aspects à la fois matériel et immatériel.

Le Fort Allemand de Gitega (Boman Allemand) (1912)

Au terme de l’inventaire, 51 édifices et bâtisses ont été répertoriés. Il s’agit des bâtiments publics comportant notamment les bureaux administratifs, les infrastructures scolaires et hospitalières ; les résidences et bâtisses privées regroupant les résidences royales, les résidences des chefs traditionnels et les bâtisses des anciens colons ; les églises, les temples protestants et les mosquées; ainsi que la case traditionnelle. Des échantillons des cases royales et des cases traditionnelles sont encore visibles ici et là et méritent d’être connues.

A l’issue de l’inventaire, un circuit touristique a été proposé dans le cadre de la promotion du tourisme culturel, en vue de valoriser et faire connaître le patrimoine architectural au Burundi. Ce patrimoine architectural est riche de significations et plein d’enseignements car il renferme toute une constellation d’informations notamment sur le passé du pays sur les plans politique, social, culturel, religieux et environnemental.

Ancienne Athénée royale (1955)

Il renvoie à des pans entiers de l’organisation du pouvoir dans le Burundi sous l’époque coloniale, et celui d’avant l’indépendance, les rouages de l’administration, les modes de vie et les savoir-faire de l’époque, la mobilisation des énergies de la population pour accomplir certains travaux de grande envergure, ainsi que les lieux de mémoire. Un système de référence en somme pour les générations actuelles et futures.

L’objectif visé est de faire connaître le patrimoine culturel du pays aux Burundais et en particulier aux jeunes, aux touristes, afin que ce patrimoine, puisse contribuer au développement durable et participe au tourisme endogène et exogène.

Paroisse de Muyaga (1897)

En effet, le Plan National de Développement 2018-2027 (PND) retient la culture parmi les atouts et les potentialités du secteur touristique au Burundi, à travers le patrimoine culturel naturel, matériel et immatériel.

Il faut souligner, par ailleurs, que la Culture figure en bonne place dans les Objectifs de Développement Durable (ODD) à l’horizon 2030.

Écrit par
Auteur/Auteure
Joséphine Ntahobari
Responsable de communication
UNESCO
Joséphine
Entités des Nations Unies impliquées dans cette initiative
UNESCO
Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture