Burundi : célébration de la journée internationale de la femme, édition 2021

Les cérémonies commémoratives de la JIF se sont déroulées à Gitega, sous le haut patronage de SE le Président de la République.

Célébration de la journée internationale de la femme, édition 2021

Au Burundi, les cérémonies commémoratives de la journée internationale des femmes se sont déroulées à Gitega, la capitale politique, sous le haut patronage de SE le Président de la République du Burundi, le Général Evariste Ndayishimiye accompagné de son épouse, SE Angeline Ndayishimiye. Les cérémonies ont aussi vu la présence massive de plusieurs hauts cadres du Gouvernement, du Parlement, de l'armée et de la police ; du Système des Nations Unies, du corps diplomatique et consulaire accrédités au Burundi, de l'ancien Président Sylvestre Ntibantunganya et son épouse, de 2 ex Premières Dame du Pays : Denise Nkurunziza, et Laurence Ndadaye, ainsi que des milliers de personnes, venues de toutes les provinces et de toutes les sphères de la vie du pays.

Les autorites participants a la JIF
Sur le podium, en première ligne, de gauche à droite, Mme Janvière Ndirahisha Présidente du Forum National des Femmes (FNF), Mme Imelde Sabushimike, Ministre en charge des droits de la personne humaine et du genre ; SE Evariste Ndayishimiye, Président de la République du Burundi, son épouse Angeline Ndayishimiye ; et la Coordinatrice Résidente ai du Système des Nations Unies au Burundi, Mme Kouassi Nicole.

Le Burundi a célébré la journée internationale de la femme, édition 2021, sous le thème national ‘’leadership féminin source du développement inclusif’’. Selon le Président de la République du Burundi SE. Evariste Ndayishimiye, le choix de ce thème est inspiré par le souhait du Gouvernement d’‘’inviter la femme burundaise à redoubler d’efforts dans l’initiation et l’élaboration des projets visant son épanouissement personnel, le développement de sa famille, de sa communauté et de tout le pays’’. Occasion pour le numéro 1 burundais de rappeler à l’ordre certains hommes qui n’estiment pas les femmes à leur juste valeur, et de souhaiter ‘’ que la journée du 8 mars puisse être, pour cette catégorie d’hommes, une occasion de se souvenir de l’inestimable valeur de la femme ’’. ‘’Que cette journée serve à mettre fin aux violences physiques ou verbales dont sont victimes certaines femmes dans les foyers’’ a-t-il martelé.  Aux chefs de famille, le président leur a demandé de ne pas hésiter à confier aux femmes la gestion du patrimoine familial parce que les femmes sont naturellement de bons gestionnaires. Il a expliqué que le gouvernement du Burundi a déjà compris que si les initiatives entrepreneuriales des femmes sont soutenues, le développement socio-économique deviendrait vite une réalité. Raison pour laquelle il a été récemment mis en place une Banque d’Investissement et de Développement pour les Femmes-BIDF. Profitant ainsi de cette célébration, qui avait mobilisé du monde, le Président a exhorté les femmes de toutes les provinces du pays à se préparer en conséquence, en élaborant des projets claires et banquables à soumettre à la Banque afin de bénéficier des financements et de pouvoir les mettre en valeur.

Au nom de toutes les agences du Système des Nations Unies au Burundi, Nicole Kouassi, Coordinateur Résident ai du Système des Nations Unies au Burundi, a insisté sur le devoir de tout un chacun de relever les multiples défis qui freinent le leadership des femmes afin de s’assurer de leur pleine contribution au Développement. Parmi ces défis, elle a, notamment, cité (i)le financement des initiatives vers l’égalité des opportunités ; (ii) la transformation des normes psychologiques et sociales en matière de genre en faisant participer les hommes et les garçons comme leader de la promotion de la femme,  (iii) la réforme du cadre juridique et politique avec des lois et des politiques pour enlever les dispositions susceptibles d’être discriminatoires, (iv) l’éducation inclusive à tous les échelons et dans tous les domaines et spécialités, (v) la mise à disposition des données analytiques désagrégées pour informer objectivement la planification et des actions mieux avisées des femmes leaders même, (vi) la lutte contre toute forme de violence et de discrimination en particulier celle liée au Genre, etc.

Photo de famille de l’Equipe Pays des Nations Unies. Au total, 9 chefs d’agences ont pris part aux cérémonies commémoratives de la JIF
Photo de famille de l’Equipe Pays des Nations Unies. Au total, 9 chefs d’agences ont pris part aux cérémonies commémoratives de la JIF

Au moment où le Système des Nations Unies planifie la revue à mi-parcours de son cadre de collaboration avec le Gouvernement du Burundi, le Coordinateur Résident ai du Système des Nations Unies au Burundi s’est fait rassurant quant aux  mesures qui seront prises pour assurer que les 12 domaines du Programme d’action de Beijing soient bien adressés, avec une articulation principale sur le renforcement des cadres juridiques et règlementaires ; la prévention et l’élimination de toutes les formes de violence à l’égard des femmes et la protection des victimes contre la violence à l’encontre des femmes dans la vie publique ; le changement des normes sociales négatives de genre qui impactent sur le leadership et la participation des femmes à la vie publique ; l’aide aux dirigeantes et l’accroissement de la disponibilité de financements pour soutenir la participation effective des femmes à la vie publique et ne laisser personne de côté.

De son côté, la Présidente du Forum National des Femmes, Honorable Janvière Ndirahisha a salué les multiples efforts du Gouvernement du Burundi pour avancer le leadership féminin ; mais elle a tenu à plaider pour la mise en place de quotas spécifiques en faveur de la représentation des femmes au niveau collinaire et dans les postes nominatifs.   

Durant le mois dédiée à la femme, la Ministre en charge des droits de la personne humaine et du genre, SE Imelde Sabushimike a annoncé que plusieurs activités seront menées, dont entre autres, la réalisation des émissions visant la vulgarisation des réformes politiques et juridiques pour promouvoir les droits de la femme, la sensibilisation des population sur l'autonomisation de la femme, le renforcement des capacités des femmes leaders sur le leadership féminin, ainsi que la participation du Burundi à la soixante-cinquième session de la Commission de la condition de la femme.   

 Les cérémonies se sont clôturées par la remise de certificats et des prix aux femmes et filles qui ont marqué l’histoire du Burundi à travers la promotion du leadership féminin, l’égalité du genre, les droits de la femme et l’autonomisation de la femme.   

 

Écrit par
Auteur/Auteure
Odette KWIZERA
Associée a la communication
ONU Femmes
Entités des Nations Unies impliquées dans cette initiative
ONU Femmes
Entité des Nations unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes