Les radios communautaires du Burundi, à l’écoute de leurs auditeurs

Des radios communautaires organisent des focus groupes avec l’appui de l’UNESCO pour identifier les besoins en information de leurs auditeurs

Soucieuses de répondre aux besoins et préoccupations de leurs audiences et d’améliorer la qualité de leurs productions, la radio Colombe du Centre Jeunes Kamenge et la Radio Ijwi ry’umukenyezi (Voix de la Femme) de Giheta, ont organisé, chacune, un focus groupe avec une vingtaine de représentants de leurs clubs d’écoute afin d’identifier les besoins des jeunes et des femmes sur lesquels ces deux radios peuvent orienter leurs émissions. Ces focus groupes, organisés avec l’appui technique et financier de l’UNESCO, ont permis aux radios Colombe et Voix de la femme de se connecter à leurs audiences et de connaitre leurs préoccupations.

Ces deux focus groupe, tenus respectivement le 1er et le 04 mars 2021 par Radio colombe FM et Radio Voix de la femme, rentrent dans le suivi de la célébration de la Journée Mondiale de la Radio le 13 février 2021, dont l’UNESCO est Lead.

A la Radio Ijwi ry’Umukenyezi (Voix de la femme), les membres des clubs d’écoute ont identifié les sujets d’intérêt pour eux à savoir : l’agriculture et l’élevage, l’entrepreneuriat, la promotion des œuvres des artistes notamment des femmes, la place de la femme dans le développement communautaire, la participation politique et la représentativité de la femme dans les postes de prise de décision au niveau local, la santé maternelle, l’art culinaire, la nutrition.

Ils ont, par ailleurs, fait remarquer que globalement 88,3% des ménages de leurs localités possèdent leurs propres postes de radio. Selon eux, cela prouve que cet outil de communication est suffisamment répandu dans la zone et qu’elle peut être efficacement utilisée pour transmettre les messages de sensibilisation, d’éducation et d’information. Néanmoins, dans 75% des ménages, la radio appartient au chef du ménage qui est généralement de sexe masculin. Les chefs de ménage de sexe féminin ne sont propriétaires de la radio que dans 12,8% des cas dans la zone couverte par la radio. Les membres des clubs d’écoute de la radio Ijwi ry’umukenyezi/Voix de la femme ont dégagé quelques appréciations sur le fonctionnement de cette radio communautaire. Concernant l’écoute de la radio, 37% des membres l’écoutent chaque jour ou presque chaque jour ; 28,8% des participants au focus groupe écoutent la radio deux à six fois par semaine ; 8,8% des participants écoutent cette radio une fois par semaine et 8,2% l’écoutent moins d’une fois par semaine. Les raisons qui font que la radio ne soit pas régulièrement écoutée sont notamment le manque de piles (54,7%), la difficulté de capter la radio sur téléphone portable (35,0%), le manque de postes de radio propres aux ménages (10,2%).

Les programmes de la radio Ijwi ry’Umukenyezi les plus écoutés concernent les violences faites aux femmes, l’émission Dukeburane produite par les membres des clubs d’écoute et l’émission sur les jeunes. Ils ont recommandé (48,7%) d’augmenter les heures de diffusion des émissions en commençant d’émettre plus tôt.

A la radio Colombe du Centre jeunes Kamenge,  les représentants des clubs d’écoute de la radio Colombe Fm ont identifié les besoins des jeunes sur lesquels la radio peut réaliser des émissions. Ces besoins ont été proposés sous forme de sujets d’émissions radiophoniques.

Les sujets identifiés et proposés par les membres des clubs d’écoute de la radio Colombe : le problème de recherche de l’emploi pour les jeunes, l’entrepreneuriat chez les jeunes, le sport, la promotion des jeunes talents, les annonces et publicités, la cuisine, le droit et la loi, la vie des jeunes cultivateurs, la  promotion des leaders modèles pour les jeunes, la santé sexuelle, l’éducation des enfants, la responsabilité parentale, les biographies, l’histoire des clubs sportifs et règlements sportifs.

Les responsables de ces deux radios reconnaissent l’importance de connecter leurs radios aux besoins des communautés. Madame Jeanne D’Arc Simbagoye et Monsieur Mitterrand Ndayegamiye, respectivement Directrice de la radio Colombe et Directeur de la Radio ijwi ry’umukenyezi, confirment la plupart des observations formulées par les membres des clubs d’écoute. Ils estiment, en effet, que le temps de diffusion est insuffisant pour satisfaire la demande de ces auditeurs. De plus, ils reconnaissent que certaines émissions intéressant les jeunes et les femmes ne sont pas produites faute de moyens humains et financiers. Ils se sont engagés à mettre en application les recommandations formulées par les participants à ces deux focus groupe dans les limites des moyens disponibles et ils comptent aussi sur leurs partenaires pour gagner le pari.

Écrit par
Auteur/Auteure
Joséphine Ntahobari
Responsable de communication
UNESCO
Joséphine
Entités des Nations Unies impliquées dans cette initiative
UNESCO
Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture