Plus de 70 jeunes filles de la communauté des Batwa sensibilisées sur la lutte contre les VSBG et la Résolution 1325

Projet "Appui à la promotion des droits des femmes à travers la mobilisation sociale, le renforcement des capacités économiques et le leadership féminin".

Plus de 70 jeunes filles de la communauté des Batwa sensibilisées sur la lutte contre les VSBG et la Résolution 1325.

L’activité, qui s’est déroulée à Mwaro, le 18 février 2021, sous le haut patronage de la Ministre en charge des droits de la personne humaine et du genre, s’inscrit dans le cadre du ‘’Projet Appui à la promotion des droits des femmes à travers la mobilisation sociale, le renforcement des capacités économiques et le leadership féminin’’. Projet mis en œuvre par le Ministère de la Solidarité Nationale, des affaires Sociales, des droits de la personne humaine et du Genre, avec le financement du bureau d’ONU Femmes au Burundi.

Malgré les multiples efforts déployés par le Gouvernement du Burundi et ses partenaires, les violences sexuelles et basées sur le genre sont encore une réalité au Burundi. Les principales formes de violations des droits humains les plus rapportées, dont souffrent les femmes et les filles, sont le viol, le harcèlement, les mariages précoces/forcés, les tortures physiques, les agressions psychologiques, et les privations économiques.

Les communautés Batwa comptent parmi les catégories les plus affectées par ces violences, en raison de plusieurs facteurs liés essentiellement à leur mode de vie, marquée par la promiscuité, et à certaines croyances qui exposent spécifiquement les femmes et les filles Batwa.   

Malheureusement, ces communautés, souvent reléguées au second rang, bénéficient rarement des interventions en matière de lutte contre les VSBG.  Même constat au sujet des interventions en matière de promotion du leadership féminin au sein de la communauté Batwa qui sont peu perceptibles, bien que la constitution de la République du Burundi réserve un effectif minimum de représentation des membres de la communauté des Batwa au Parlement. Cette situation explique le faible le taux de représentation des membres de la communauté Batwa dans les instances de décision au niveau local. 

C’est dans ce contexte que le Ministère de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre, a organisé cet atelier en faveur des jeunes filles de la communauté Batwa des provinces Mwaro, Gitega, Bujumbura et Mairie de Bujumbura. Une bonne opportunité pour ces jeunes filles Batwa, souvent laissées pour compte, de connaître les types, les formes, les causes et les conséquences des violences sexuelles basées sur le genre (VSBG) et surtout d’adopter des stratégies leur permettant de se mettre à l’abri de ces violences, tant au sein de la communauté que de la famille. Occasion aussi pour ces jeunes filles de la communauté Batwa, de connaître le contenu de la résolution 1325 et d’adopter des stratégies visant à renforcer leur leadership. 

Au cours des échanges, les jeunes filles Batwa ont émis un certain nombre de défis auxquels elles sont principalement confrontées dont, notamment, l’ignorance des droits qui protègent, le peu de sensibilisation sur les droits des femmes et filles au sein de leur communauté, le manque d’entraide et de soutien mutuel, les aspects culturels négatifs qui ont un poids assez lourd, la pauvreté et particulièrement la pauvreté féminine, et la préparation pas assez suffisante des femmes engagées dans les processus de leadership.

Grâce aux enseignements reçus au cours de l’atelier et aux expériences partagées, ces jeunes filles batwa ont pu identifier ensemble des pistes de solutions pour relever ces défis. Elles se sont, notamment, engagées à partager les connaissances acquises et à servir de modèles aux autres. Elles ont décidé de ne pas lâcher prise après les échecs subis, en essayant, par exemple de participer activement au processus électoral pour se faire élire en particulier. Elles se sont aussi engagées à être de bons leaders, sans rien perdre de leur statut de femme.

A l’issu de cet atelier, il a été recommandé aux jeunes filles Batwa d’agir contre la pauvreté, qui est l’un des principaux facteurs favorisant l’abandon scolaire au sein de cette communauté. Pour y parvenir, des pistes de solutions ont été données, telles que l’amélioration de la poterie en l’associant aux autres activités génératrices de revenus telle que la couture. Ceci, à l’instar d’une jeune femme Mutwa de Gitega, très avancée dans le métier et qui a promis de partager gratuitement son expertise aux autres.  D’autres recommandations sont allées dans le sens de mobiliser cette communauté à la construction d’abris décents et modernes, d’adapter leur manière de faire et de vivre au moment actuel, et de participer aux activités agricoles en particulier à travers la participation aux groupements.

La Ministre des droits de la solidarité nationale, des droits de personne humaine et du genre, SE Imelde Sabushimike qui a dirigé l’atelier, en a profité pour prodiguer des conseils aux jeunes batwakazi en leur demandant notamment de rompre avec les habitudes culturelles qui considèrent les VBG comme banal ou normal dans la communauté, et de servir d’exemples et d’éclaireuses aux autres membres de leur communauté. SE Imelde Sabushimike a surtout insisté sur la nécessité pour les jeunes filles Batwa de ne plus s’auto-discriminer. Elle les a, notamment, encouragé à participer au concours « Miss Burundi 2021 ». 

Écrit par
Auteur/Auteure
Odette KWIZERA
Associée a la communication
ONU Femmes
Entités des Nations Unies impliquées dans cette initiative
ONU Femmes
Entité des Nations unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes