L'OIM Burundi au secours des victimes des inondations

L'OIM distribue une aide d'urgence aux familles affectées par les inondations causées par la montée constante du lac Tanganyika et de la rivière Rusizi.

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et ses partenaires humanitaires ont distribué ce mardi 25 mai 2021,une aide d’urgence aux familles déplacées à la suite des récentes inondations causées par la montée constante du lac Tanganyika et de la rivière Rusizi.

Ces inondations ont provoqué de nouveaux déplacements de personnes et causé la destruction de biens. Coordonnée par la Plate-forme nationale de prévention des risques et de gestion des catastrophes du Gouvernement burundais et l’administration locale, cette aide va aux populations les plus vulnérables qui se trouvent sur les sites de Sobel et Kinyinya II.

Les autorités locales ont confirmé que 5 152 familles ont été déplacées par les inondations de la semaine dernière. L'OIM Burundi a fourni des articles non alimentaires (ANA) comme première étape de l’aide d'urgence. Depuis samedi 23 mai, l’OIM a facilité le transport de 254 familles de Gatumba et Rukaramu vers le site de Sobel et a assisté 383 familles déplacées du même site avec des couvertures, du savon, des bâches et des bidons. Cette aide a été financée par l’Union Européenne et la République Fédérale d’Allemagne.

L’OIM planifie de venir en aide aux personnes les plus vulnérables de Gatumba qui sont actuellement dans les sites de Sobel et Kinyinya II en fournissant 1 000 kits ANA et 1 794 bâches. World Vision International distribuera également 400 kits ANA. Cette aide s’ajoute à d’autres initiatives d’agences des Nations Unies et organisations non gouvernementales, coordonnées par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies et le Ministère de la Solidarité National, des Droits de la Personne Humaine et du Genre ainsi que le Ministère de l’Intérieur, du Développement Communautaire et de la Sécurité Publique. Malgré la mobilisation actuelle de l’aide d’urgence, de nombreuses personnes dans le besoin ne peuvent pas être assistées en raison de ressources limitées. « Nous n’avons pas assez de stocks pour répondre aux besoins urgents des personnes. Nous devons être en mesure d’aider davantage avec des abris et des articles non alimentaires. Dans l’ensemble, la communauté humanitaire ne possède pas suffisamment de ressources pour répondre à cette crise humanitaire croissante qui nécessite beaucoup plus de soutien" dit Michael ASIMA, Coordonnateur des urgences de l’OIM au Burundi.

Des milliers de personnes ont été contraintes de quitter leurs maisons inondées au cours des dernières semaines suite à la montée du niveau d’eau du lac qui a débuté il y a plus d’un an, et a atteint un point de basculement en raison de pluies exceptionnellement fortes dans la sous-région dans des pays frontaliers tels que la République-Unie de Tanzanie et la République Démocratique du Congo. Beaucoup d’entre eux n’ont toujours nulle part où aller tandis que d’autres sont temporairement abrités par des familles ou des voisins ou dans des bâtiments vides.

Lors des inondations précédentes, Gatumba était l’une des zones les plus touchées. Aujourd’hui, la plupart des provinces côtières du Burundi sont gravement touchées.

Écrit par
Auteur/Auteure
Triffin Ntore
Communications Assistant
OIM
Triffin Ntore
Entités des Nations Unies impliquées dans cette initiative
OIM
Organisation internationale pour les migrations
OCHA
Bureau de la coordination des affaires humanitaires
Autres entités impliquées dans cette initiative
A
Across